Au grand bonheur des desserts PDF

Please forward this au grand bonheur des desserts PDF screen to master. L’appellation  Courge  s’applique en français à plusieurs taxons distincts. Le terme courge, ou plus rarement cougourde, désigne plusieurs espèces de plantes de la famille des cucurbitacées.


Le moment du dessert, c’est le moment du bonheur, et c’est à cette ambition que Thierry Mulhaupt se consacre depuis près de trente ans. Tout en conservant les racines culturelles et gustatives de sa région, l’Alsacien Thierry Mulhaupt a su prendre le recul nécessaire pour exprimer une pâtisserie légère, goûteuse et tournée vers l’exaltation de saveurs raffinées. Ce sont plus de soixante recettes – des plus simples au plus sophistiquées – qui composent ce beau livre… autant de plaisirs à déguster et à réaliser soi-même. Quelques exemples de recettes : les bases : crème pâtissière, pâte à choux ou à brioche, pâte feuilletée inversée, pâte sucrée ; le petit-déjeuner : brioche à la crème, marmelade aux trois agrumes, kouglof, pain au chocolat… les tartes : aux abricots, à l’orange, au chocolat ; le quatre-heures et le goûter : brownies, cake au citron, crêpes, pain d’épices ; les verrines et les desserts à l’assiette : crème brûlée au chocolat, verrine orange et chocolat, crème caramel ; les après-desserts: biscuits à la cuiller, madeleines, truffes… Illustrées par une centaine de photographies de Stéphane Spach, les recettes sont accompagnées de conseils sur la dégustation et la diététique. Un portrait de Thierry Mulhaupt par Michel Loetscher introduit l’ouvrage ainsi que les préfaces amicales de deux personnalités de la gastronomie : Marc Haeberlin, trois étoiles, de l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern, et Pierre Hermé, aujourd’hui installé à Paris.

Elles sont généralement cultivées pour leurs fruits comestibles mais il arrive qu’elles le soient pour leurs graines oléagineuses. Le terme  courge  n’a pas toujours un sens très précis dans le langage courant. Les courges ont la particularité d’émettre des organes de soutien nommés  vrilles  qui leur permettent de s’accrocher aux éléments environnants pour soutenir leur croissance. Les courges, dénommées aussi potirons mais surtout citrouilles dans l’usage courant, appartiennent à plusieurs espèces botaniques appartenant au genre Cucurbita et dotées d’une étonnante variabilité génétique, qui se traduit, chez les fruits, par d’innombrables formes et couleurs et aussi une grande diversité de tailles. Sauf exceptions les espèces différentes ne s’hybrident pas entre elles et le plus souvent donnent des graines hautement stériles. Cependant, en culture, une certaine distance entre pepo et moschata est souvent recommandée bien qu’une hybridation naturelle fertile soit peu probable. Rouge vif d’Étampes’, ‘Jaune gros de Paris’, ‘Bleu de Hongrie’, ‘Vert olive’, etc.

La chayote ou christophine, cultivée dans les régions tropicales, notamment aux Antilles, appartient à une autre espèce de Cucurbitacée d’un genre différent : Sechium edule et présente la particularité de produire des tubercules. C et à un pH d’environ 6. Dans les zones à gels tardifs, on sème en godets et on repique les plants en place après les saints de glace avec un espacement de 1 m en tous sens pour les variétés non coureuses. Semer chaque semaine jusqu’au 15 juillet pour avoir une production étalée de la mi-juin à la fin octobre.

Moins on garde de fruit, plus ils seront gros. 6 cm de la base du fruit. Les courges, appelées aussi courges d’hiver, comme beaucoup de cucurbitacées, se récoltent à maturité, en automne. Leur conservation est relativement facile et permet une commercialisation jusqu’au printemps. Elles sont sensibles aux chocs et doivent être manipulées avec précaution. Dans les étalages, l’une des plus courantes est la  courge musquée de Provence .

This entry was posted in Loisirs créatifs, décoration et bricolage. Bookmark the permalink.