Armes européennes : Histoire d’une collection au musée du Louvre PDF

Cet article adopte un point de vue régional ou culturel particulier et doit être internationalisé. Façade du Rijksmuseum à Armes européennes : Histoire d’une collection au musée du Louvre PDF, visité par plusieurs millions de personnes annuellement. Un musée est un lieu dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets dans un souci d’enseignement et de culture. Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation.


De l’épée de Charlemagne au poignard de Gauguin, la collection d’armes européennes au musée du Louvre a compté quelque trois cents pièces. La plupart sont inédites et peu connues du public, car elles sont parfois déposées dans d’autres institutions. Pour la première fois, cette collection est présentée et étudiée dans son ensemble. Les chefs-d’oeuvre conçus en Italie par Antonio del Pollaiuolo ou les Negroli y côtoient les armes de provenance royale, tel le morion d’or de Charles IX, ou les épées d’académiciens, les souvenirs napoléoniens et toutes sortes de curiosités. Cette collection n’est pas née du désir de constituer une référence, mais s’est sédimentée au fil des révolutions et des dons faits par les collectionneurs. Tantôt témoin de l’histoire de la nation, tantôt mémoire du goût des amateurs du XIXe siècle, elle possède une physionomie unique que cet ouvrage présente désormais. Le public y découvrira ces armes et ces armures longtemps oubliées, mais aussi ceux qui les ont réalisées, utilisées et collectionnées.

Mouseîon, temple et lieu consacré aux Muses, divinités des arts. Ce terme désigne le premier  musée  construit à Alexandrie vers 280 av. Sur le plan matériel, Il comprend une grande salle de colloque, des portiques, et un cénacle pour les repas. De façon tout à fait accessoire, est installée la première collection d’œuvres d’art. Institution publique au départ, le  musée  vise à rendre accessible à tous le patrimoine collectif de la Nation, l’idée du beau et du savoir à travers une sélection d’objets.

Le musée montre l’art, mais aussi la science, la technique, l’histoire, toutes les nouvelles disciplines porteuses de progrès et de modernité. Au Moyen Âge, c’est le collectionnisme qui fait son apparition, grâce aux trésors des églises médiévales et des temples anciens qui deviennent pour les rois et les nobles des réserves de matières précieuses. Sans oublier les ivoires et les tapisseries qui accompagnent les nobles de château en château. En 1521, Il les présente dans une maison construite pour l’occasion à Borgo-Vico, à côté de Côme. En référence au museion de l’Antiquité il décide d’appeler cet endroit musée. Les collections vont se multiplier et passionner les princes et autres curieux.

Les musées vont alors fleurir dans toute l’Europe et chacun y voit une vitrine de sa puissance. C’est l’âge d’or des cabinets de curiosités. Galerie royale de peinture du palais du Luxembourg, un des premiers musées d’art ouvert au public en France en 1750, actuellement annexe de la bibliothèque du Sénat. Musée du Louvre à Paris, ouvert en 1793. Description de l’Égypte, parue entre 1809 et 1822, en 20 volumes.

Musée des antiquaires de Normandie à Caen. Cet intérêt pour l’archéologie orientale n’empêche pas de s’intéresser à l’Histoire de son propre pays, voire de sa propre localité. Ainsi, de nombreux musées naissent des recherches locales effectuées par des sociétés savantes. C’est le cas à Caen en 1824 ainsi que dans de nombreuses autres villes de France. C’est le cas du musée des Monuments français, créé à la Révolution mais qui dut fermer ses portes en 1816.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.