Aniouta et autres nouvelles PDF

31 octobre 1925, quatre ans après sa sœur Marie-Rose, née en 1921, et six ans après un premier Roger Nimier, né aniouta et autres nouvelles PDF mort en 1919. La famille habite sur le boulevard Pereire, dans le XVIIe arrondissement de Paris.


Son père meurt alors qu’il n’a que quatorze ans. De 1933 à 1942, il fréquente le lycée Pasteur de Neuilly. En 1942, il obtient un premier accessit au concours général de philosophie. Nimier écrit dans un style proche de Giraudoux et de Cocteau un premier roman très autobiographique, L’Étrangère, qui sera publié après sa mort. Deux années plus tard, paraît son roman le plus célèbre, Le Hussard bleu, qui renouvelle la veine des Épées et où il réemploie le personnage de François Sanders.

En 1951, Roger Nimier publie Les Enfants tristes, puis, en 1953, Histoire d’un amour. Entre-temps, Bernard Frank l’a sacré chef de file des Hussards en décembre 1952, dans un article célèbre paru dans Les Temps modernes, le nom de  Hussards  faisant référence au Hussard bleu. La période d’abstinence romanesque n’est pas pour autant une période de silence. Nimier se consacre en particulier à la critique, notamment dans la revue Opéra qu’il dirige.

Louis Malle, avec qui il écrit le scénario d’Ascenseur pour l’échafaud. Conseiller auprès de Gaston Gallimard à partir de fin 1956, il s’élève vigoureusement contre l’asservissement de la littérature à la politique et défend l’édition d’ouvrages en s’attachant à considérer leur valeur littéraire avant toute considération politique. Il s’oppose en cela radicalement à l’engagement sartrien. François Mauriac est un des rares écrivains non conformistes qui partagent cette opinion et lui écrit ainsi un courrier avant de recevoir son prix Nobel :  Vous êtes le seul de votre génération. Sur le chapitre politique, il cultive volontiers un certain anticonformisme de droite : Charles Maurras et l’Action française ont exercé sur lui une influence qu’il reconnaît.

Son dernier roman, D’Artagnan amoureux, est publié quelques mois après. Ce roman posthume qui imagine le désarroi amoureux du héros de Dumas, annonçait peut-être une nouvelle phase dans l’œuvre de Nimier. Les obsèques de Roger Nimier ont lieu le 3 octobre 1962 en la chapelle de l’hôpital de Garches, suivies par son inhumation, l’après-midi, au cimetière Saint-Michel de Saint-Brieuc où est également enterré le père d’Albert Camus. 1948 : Les Épées, roman, Gallimard, 213 pages.

1950 : Perfide, roman, Gallimard, 221 pages. 1950 : Le Grand d’Espagne, essai, La Table ronde, 240 pages. 1951 : Amour et Néant, essai, Gallimard, 194 pages. 1951 : Les Enfants tristes, roman, Gallimard, 331 pages.

1965 : Journées de lectures, préface de Marcel Jouhandeau, Gallimard, 274 pages. 1968 : L’Étrangère, préface de Paul Morand, Gallimard, 219 pages. 1986 : Paméla eut le tort de répéter sa phrase, nouvelle illustrée par une lithographie originale de Bengt Lindström, éd. Rivages, choix établi, annoté et préfacé par Marc Dambre. 1989 : Les Indes galandes, nouvelles et contes, Rivages, éd. Arléa, textes choisis et présentés par Marc Dambre. Pierre Boutang, article sur Roger Nimier dans Les Abeilles de Delphes II, Paris, La Table ronde, 1952.

Jacques Chardonne, Lettres à Roger Nimier, Paris, Grasset, 1954. Roger Nimier dans Écrivains d’aujourd’hui 1940-1960 Dictionnaire anthologique et critique, Paris, Grasset, 1960. Marcel Aymé, Roger Nimier, Paris,  Livres de France , 1962. Antoine Blondin, André Fraigneau, Roger Nimier, Paris,  Accent grave , Laffont, 1964. Trafiquant d’insolence, Monaco, Le Rocher, 1989.

Marc Dambre, Roger Nimier, Hussard du demi-siècle, Paris, Flammarion, 1989. Christian Millau, Au galop des Hussards, Paris, Fallois, 1999. Alain Sanders, Roger Nimier : hussard bleu et talon rouge, Éditions de Paris, 2006. Marc Dambre et collectif, Cahier Roger Nimier, Paris, L’Herne, 2012. Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l’esprit Hussard, Pierre-Guillaume de Roux, 2012. Alain Cresciucci, Roger Nimier, masculin, singulier, pluriel, Pierre-Guillaume de Roux, 2018.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.