Animaux sauvages de nos villes PDF

Emmenez votre GPS ou animaux sauvages de nos villes PDF carte routière. Convertir vos euros en livres sterling.


La ville n’est pas que le domaine des pigeons. Une faune bien plus diverse y trouve gîte et couvert : de l’incontournable moineau (qui se raréfie) à l’escargot des jardins, en passant par l’élégante bergeronnette grise, le faucon crécerelle, le martinet noir, mais aussi insectes, grenouille, crapaud, hérisson… En présentant les espèces les plus communes qui fréquentent le milieu urbain, ce guide vous invite à rencontrer la vie sauvage au quotidien, dans les rues, les parcs, les jardins, et même chez vous, où peut venir se mettre au chaud la petite coccinelle… Cet ouvrage comprend : – un guide présentant 40 espèces (mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, insectes), avec, pour chacune :• un texte comportant présentation de l’espèce, description, régime alimentaire, biologie, mœurs urbaines– une fiche « technique » mentionnant taille et poids, statut et fréquence, habitats principaux, période de présence, période de reproduction, statut de protection• une photographie en couleurs• un dessin en couleurs – un carnet de terrain comprenant :• conseils et informations pratiques sur la reconnaissance des animaux, avec spécificités du milieu urbain• comment faire le croquis d’un animal• comment photographier les animaux en ville• calendrier d’observation des espèces présentées (périodes les plus propices)• un carnet de notes

Vous pourrez aussi bien le faire depuis le ferry ou sur place. Vous pouvez demander votre carte européenne d’assurance maladie en quelques clics auprès de votre organisme. Cela vous évitera d’avancer les frais en cas de prise en charge médicale. Coupez vos données mobiles à l’étranger pour ne pas avoir une note salée à votre retour.

Sur place, vous pourrez reculer vos montre d’une heure et pratiquer votre plus bel anglais ! Nous avons choisis de faire la route avec notre voiture française, donc de traverser la Manche. Douvres en 1h30, à bord d’un navire tout à fait confortable et avec une organisation bien ficelée. Après avoir fait un tour dans le centre de Douvres, nous prenons la route vers Rye, dans le comté de l’East Sussex, situé à 55 km de là. Perchée sur une colline de calcaire, la petite ville de Rye possède un charme certain provenant de ses bâtisses médiévales et de ses étroites rues pavées. Elle est considérée comme étant le village médiéval le mieux préservé d’Angleterre. Ici, vous trouverez des antiquaires, des artistes et des salons de thé, élégants et atypiques.

Le tout dans une chambre douillette et avec des hôtes aux petits soins. Le lendemain, nous avions planifié la visite de Brighton en longeant les côtes et débutons notre journée sous la pluie, par la visite du château d’Herstmonceux. Nous aurons une vue privilégiée sur l’un des plus immense et vieil édifice en brique encore debout en Grande-Bretagne. La petite balade terminée, nous continuons notre route et découvrons les paysages verdoyants peuplé de moutons de Seaford. En longeant la Manche, nous arrivons aux Seven Sisters et ses randonnées que nous décidons d’entamer sous la pluie. Nous entrons dans un parc naturel incroyable, coloré de verts et parsemé de moutons où serpentent des lagons qui filent droit se jeter dans la mer dans un décor de falaises de craie blanche. Enfin notre dose nature, on compte bien en profiter !

Capuche serrée autour du visage, nous empruntons le Park Trail avec une ascension dans l’enclos des moutons qui n’avaient pas l’air surpris de nous voir. D’en haut, la vue sur les lagons est fabuleuse et nous sommes certains que par temps dégagé, on peut apercevoir les fameuses Seven Sisters ! Retour sous la bruine et le brouillard, direction Brigthon cette fois où nous arrivons sous le même ciel gris. C’est une ville branchée, aux maisons colorées, qui dégage une atmosphère dynamique. Beaucoup de monde, très cosmopolite et capitale de la communauté gay, il y règne une ouverture d’esprit moderne et accueillante.

Nous arrivons en ville et trouvons difficilement un endroit où dormir. Nous dînons au pub de l’hôtel, qui n’a rien à envier à nos chaînes de restauration où le micro-ondes est roi. Les villes se suivent mais ne se ressemblent pas ! Le réveil à Salisbury est ensoleillé et nous découvrons une ville chaleureuse où il fait bon vivre. Direction la cathédrale de Salisbury qui possède la flèche d’église la plus haute du Royaume-Uni et le cloître le plus vaste d’Angleterre. C’est simple, on se croirait dans un film tellement c’est irréel ! Nous restons bouche bée devant ce lieu qui attire toute notre admiration, surtout quand on imagine sa construction en 1220.

Salisbury est traversée par l’Avon, une rivière qui lui donne encore plus de charme. Elle restera un coup de coeur de notre itinéraire. Stonehenge, ce monument de pierres circulaires datant du néolithique. Situé à seulement 13 km au nord de Salisbury, la curiosité nous pique et nous arrivons jusqu’au parking du lieu où le tarif annoncé résonne pour nous comme une belle arnaque. Dommage pour nous qui n’aimons pas ce type d’expérience, nous aurons aperçu Stonehenge depuis la route puis avons continué vers Bath. Arrivée à Bath, des bouchons nous indiquent que la destination est également touristique. Bath, répertoriée au Patrimoine mondial par l’UNESCO, et décrite comme étant un incontournable de l’Angleterre.

Nous y resterons à peine 2h, avec la désagréable sensation d’être dans un parc d’attractions où tout est payant et noir de monde. La belle architecture géorgienne, quand elle n’est pas en rénovation, et sa cathédrale du 15 ème siècle ne suffiront pas à nous donner envie de rester. Ce n’est pas ce type de tourisme que nous privilégions, heureusement, chacun est libre d’apprécier ses expériences de voyage comme il le souhaite. Il y a beaucoup de choses à voir et à faire dans cette petite ville très atypique en terme d’architecture et de couleurs. Mais la nature nous appelle et nous reprenons la route direction Cheddar et ses gorges.

La chambre est cosy, d’une propreté impeccable avec vue sur les collines de Mendip. Un nouveau réveil sous la pluie et nous passons seulement quelques heures dans les gorges sans pouvoir entreprendre la moindre randonnée ! La dose de verdure y est et la sensation d’admirer ce qu’a produit la nature nous comble. Quelques chèvres et boucs sauvages s’inviteront même sur nos clichés pour le plus grand plaisir de Tom. Direction Bristol, aux allures de Melbourne avec son street art et ses petits marchés gourmands.

Notre cible de la journée étant Oxford, nous quittons Bristol après un déjeuner dans un de ces 450 parcs et jardins. Nous arrivons à Oxford en fin d’après-midi, à l’heure où les touristes sont déjà beaucoup moins nombreux, nous permettant de découvrir un Oxford fan-tas-tique ! Une architecture fascinante et une atmosphère poétique nous font tomber sous le charme de cette ville universitaire. Trinity College, afin de prendre la mesure des établissements de qualité dans lesquels se forment l’élite anglaise. L’université d’Oxford est la plus ancienne du pays et l’une des plus prestigieuse au monde.

Le patrimoine architectural est très riche et vous allez adorer découvrir cette ville à taille humaine ! Nous avions notre ferry à Douvres le soir même, nous avons décidé de passer notre dernière journée en Angleterre à Canterbury. Vous pouvez passer à Londres sur la route du retour, prévoyez une journée supplémentaire pour la visite de la capitale. A Canterbury, notre second coup de coeur de l’aventure, nous avons retrouvé le charme de Salisbury.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.