Évaluer l’action éducative PDF

DPCU, DU, DFSSU, DUFA, DESU, etc. Les enseignements disciplinaires dispensés et les pédagogies initiées sont de nature à mieux appréhender les phénomènes et processus en mouvement dans les champs de l’éducation, de la formation, du travail social, du soin, etc. Ils assurent aussi une compréhension des ressorts de évaluer l’action éducative PDF relation éducative et de la dimension langagière inhérente à cette situation de travail spécifique.


Qui évalue l’école en France, comment et pourquoi ? Les multiples évaluations menées obéissent-elles à une logique politique précise ? Cette enquête sociologique de quatre ans propose des éléments de réponse inédits en se focalisant sur les pratiques effectives des évaluateurs de l’action publique éducative nationale en France entre 1958 et 2008 (inspecteurs généraux, statisticiens, chercheurs, etc.). Elle montre que face aux incertitudes des demandes émanant des décideurs et des acteurs du système éducatif, face au flou officiel qui entoure la notion d’évaluation et aux multiples contraintes institutionnelles qui lui préexistent, la politique française d’évaluation en matière d’enseignement scolaire s’explique principalement par la concurrence que se livrent les évaluateurs entre eux, concurrence qui porte sur le type de connaissance qu’ils peuvent proposer aux décideurs.

La licence sciences de l’éducation ouvre d’une part à la poursuite d’études en deuxième cycle, notamment les masters sciences de l’éducation et les masters de sciences humaines suivant les conditions d’entrée dans ces masters et les parcours des étudiants. Certains enseignements de notre licence sont assurés par des formateurs de l’ESPE. La licence de sciences de l’éducation est accessible à différents niveaux selon le niveau de formation envisagé. Les étudiants admis au titre d’un BTS, d’un DUT ou d’un diplôme d’Etat mentionnés ci-dessus sont admis de plein droit selon les textes nationaux cadrant leur accès à l’université mais voient leur dossier passer en commission pédagogique afin que leur expérience professionnelle puisse donner lieu à des équivalences dans le cursus de sciences de l’éducation. Chaque semestre de licence est crédité de 30 ECTS, pour un total de 180 ECTS sur l’ensemble du cursus. La formation est articulée autour d’une « majeure » en sciences de l’éducation, qui comprend 6 UE réparties sur les 6 semestres.

Dans la majeure, les étudiants suivent et valident des enseignements portant sur les savoirs fondamentaux de la discipline, s’appuyant sur les approches proposées par la sociologie et l’anthropologie de l’éducation, l’histoire et la philosophie de l’éducation, la psychologie et la psychanalyse. Généraliste en début de cursus, la licence se spécialise progressivement en proposant une mineure interne qui représente 4 UE de la L2 à la L3. Cette mineure est préfigurée en L1 et peuvent être suivies tout au long du cursus. Cell-ci est également organisée en deux semestres intitulés S5 et S6, crédité chacun de 30 crédits européens. UE de majeure de sciences de l’éducation, une UE de mineure, une UE de compétences transversales.

Ils donnent lieu à un suivi individuel et collectif dans le cadre des EC de mineures. Ils sont suivis par un tuteur de l’équipe pédagogique et éventuellement, dans le cadre des stages plus longs en L3, par un référent sur le lieu de stage. En L3, le stage est dit d’ « observation » et permet de commencer à saisir les réalités éducatives de terrain et même d’initier à la recherche, sur le plan méthodologique, mais surtout par la théorisation des situations et des pratiques. Il donne lieu à un suivi individuel et collectif de stage dans le cadre des enseignements de mineures et fait l’objet d’un rapport de stage qui tient lieu d’évaluation. Il se situe dans la continuité du dispositif mis en place en L2. Le projet tutoré se situe au niveau L2.

Il a pour but de permettre à l’étudiant de mieux connaître les métiers et les formations professionnelles déjà identifiés, comme de découvrir d’autres orientations possibles, qui peuvent par la suite constituer des solutions de réorientation. Mené en liaison avec un enseignant référent, il permet à l’étudiant de mieux s’inscrire dans un parcours au niveau L3. L’étudiant mène un projet personnalisé à partir de conférences et événements en rapport avec les orientations et les enseignements suivis au sein d’un champ de pratiques. En accord avec le tuteur, l’étudiant choisir d’assister à des conférences et des rencontres, notamment parmi celles proposées par la formation, équivalent à 9 heures minimum obligatoire. Les modalités de contrôle des connaissances sont établies dans le respect des décisions des Conseils centraux de l’université et dans le cadre collectivement défini par l’équipe pédagogique. Chaque enseignant définit les modalités les plus appropriées pour la validation, en cohérence avec le dispositif pédagogique choisi. Ces modalités sont annoncées aux étudiants dès le début du semestre ainsi que dans la brochure de présentation du diplôme.

Cette validation des EC associe le contrôle continu pour apprécier la progression de chacun et des examens oraux et écrits terminaux. Dans le cadre des relations internationales organisées par l’université Paris 8 avec un certain nombre d’universités européennes, et dans des conditions particulières avec des universités Nord-américaines, les étudiants ont la possibilité d’effectuer une partie de leur cursus à l’étranger. Retrouvez toute l’information sur le site education. L’Onisep et ses conseillers répondent à vos questions sur l’orientation, les filières de formation et les métiers. Certification de professionnalisation en matière de lutte contre le décrochage scolaire.

Connaître les orientations actuelles, les données clés, les textes officiels, etc. Agir : faire apprendre, aider et accompagner, évaluer les acquis, etc. 1 700 000 élèves sur les 11 800 000 élèves français, sont scolarisées en éducation prioritaire. La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales. Refonder l’éducation prioritaire Inscrite dans la loi de refondation de l’École de la République, la réduction des inégalités sociales et territoriales est l’une des priorités du Gouvernement. Le ministre de l’éducation nationale et la ministre déléguée chargée de la réussite éducative ont présenté la réforme de l’éducation prioritaire jeudi 16 janvier 2014.

La politique de l’éducation prioritaire vise à corriger les effets les inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire dans les écoles et les établissements les plus défavorisés. La refondation de l’École vise à améliorer la réussite éducative de tous les élèves et par conséquent à réduire les écarts de réussite scolaire, notamment entre les territoires. Les moyens supplémentaires en faveur de l’éducation prioritaire représentent aujourd’hui une enveloppe de près d’1,1 milliard d’euros. Cependant, malgré les efforts des personnels, les mesures mises en œuvre n’ont pas permis d’obtenir les résultats attendus : la France est aujourd’hui classée dans le dernier quart des pays de l’OCDE pour ce qui est de l’équité de son système éducatif. Olivier Dugrip, recteur de l’académie de Bordeaux, Luc Johann, recteur de l’académie de Limoges et Jacques Moret, recteur de l’académie de Poitiers, ont présidé les assises inter-académiques de l’éducation prioritaire organisées le 22 novembre 2013 au lycée Gustave Eiffel à Bordeaux.

Ces assises se sont déroulées dans le cadre de la procédure de consultation nationale sur l’éducation prioritaire. Après les demi-journées de réflexion et de concertation qui se sont tenues en octobre dans chaque réseau d’éducation prioritaire, cette deuxième étape a associé les académies de Bordeaux, Limoges et Poitiers. Après une ouverture par les recteurs des académies de Bordeaux, Limoges et Poitiers, chacun des correspondants académiques de l’éducation prioritaire a présenté la synthèse des demi-journées de concertation organisées dans les réseaux. Deux tables-rondes sur les thématiques « Enseigner en éducation prioritaire » et « La réussite scolaire en éducation prioritaire » ont ensuite permis aux intervenants d’échanger sur les perspectives éducatives et pédagogiques ainsi que sur le travail avec les partenaires de la réussite éducative. Education prioritaire : des moyens au service de quels dispositifs ?

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.